Saison 2 - La Confiance Chapitre XII

Saison 2 - La Confiance  Chapitre XII

- Chapitre Douze -
 
En plein doute
 
 
          Les mois passent beaucoup trop vite, je n'ai pas revu Drago depuis que je suis descendue en cachette avec lui jusque dans sa chambre, nous n'avons pas eu le temps de nous revoir, Ombrage mène toujours sa politique d'une main de fer, et Drago est toujours derrière elle.
 
Depuis que Harry a vu Mr. Weasley se faire mordre dans les couloirs du Ministère de la Magie, il a été obligé de prendre des cours d'occlumancie avec le professeur Rogue, si Harry a pu savoir ce qui était arrivé à Mr. Weasley, c'est qu'il semblerait qu'une connexion existe entre lui et le Seigneur des Ténèbres, et Rogue, ainsi que Dumbledore, ont jugés bon, que Harry ne devait pas le laisser entrer dans son esprit.
 
Seulement, tout se passait bien, jusqu'au jour où Harry est revenu dans la salle commune de Gryffondor plus énervé que jamais, il nous a annoncé qu'il s'était cette fois, défendu contre Rogue, qu'il ne voulait plus qu'il entre dans son esprit et qu'il fouille ses souvenirs. Sauf que ... le sort a été inversé, et Harry est entré dans l'esprit de Rogue.
 
Le directeur des Serpentard a donc décidé de chasser le Gryffondor, et l'a prié de ne pas revenir à un cours comme celui-là.
 
          Le mois de juin arrive alors, et j'entends quelque chose derrière la porte du dortoir des filles, des voix masculines, on dirait Ron et Harry. Je me lève et réveil Hermione doucement pour ne pas qu'elle réveille les autres filles qui partagent notre dortoir.
 
Nous nous habillons en vitesse et sortons discrètement du dortoir, alors que nous passons la porte, nous voyons Ron et Harry, tous deux allongés sur le dos en bas des escaliers qui mènent à notre dortoir, qui se sont transformés en toboggan.
 
Nous rions en coeur avec Hermione et nous glissons sur le toboggan.
 
- Si vous comptiez réveiller toutes les filles, c'est gagné, dis-je en riant.
- Désolé, me répond Harry que Hermione aide à relever. J'ai fais un rêve, j'y ai vu Sirius. Enfin, c'était plutôt un cauchemar il ... il était dans cette fameuse pièce au Ministère de la Magie, cette pièce dont je rêve toutes les nuits pratiquement, elle se trouve dans le Département des Mystères. Sirius était là, à la merci de Voldemort, il lui demandait d'aller chercher quelque chose pour lui, il faut lui venir en aide, on ne peut pas le laisser comme ça !
 
Nous nous regardons Hermione et moi, et je sais que nous sommes en train de penser la même chose, mais laquelle de nous va oser le dire à Harry ...
 
- Harry, tu ne crois pas que Tu-Sais-Qui se jouerais de toi ? demande alors Hermione qui pense en effet la même chose que moi. Si Dumbledore a voulu que tu étudies l'occlumancie ce n'est pas par hasard, il peut entrer dans ton esprit et le contrôler, tu ne crois pas que c'est ce qu'il a fait avec ce rêvé concernant Sirius ?
- Et même si c'est vrai, réplique Harry, tu crois que je vais le laisser ainsi ? Hermione, il est le seul parent qui me reste !
 
Il marque un point.
 
- Et comment tu comptes te rendre au Ministère ? fait Hermione en croisant les bras sur sa poitrine. Toutes les sorties de l'école sont surveillées, et les réseaux de cheminée aussi !
- Non pas toutes, je répond.
- Attends ... tu n'es pas en train de penser que ...
- Si précisément, dis-je à ma meilleure amie. 
- Arrêtez de parler en langage codé toutes les deux et parler normalement ! réplique Ron. Votre intelligence supérieure ne vous autorise pas à parler en langage codé !
- Désolé, dit Hermione, Hélia et moi on pensent qu'il y a une cheminée dans le château qui n'est pas surveillée justement.
- Celle qui se trouve dans le bureau d'Ombrage, dis-je. Elle doit s'en servir pour faire passer des messages au Ministère et à Fudge.
- Alors allons-y ! s'exclame Harry qui commence à se diriger vers la sortie de la salle commune.
 
Nous sortons tous les quatre en trombe de notre salle commune pour rejoindre le bureau de la Grande Inquisitrice et utiliser sa cheminée pour se rendre au Ministère de la Magie.
 
          Hermione et moi courrons juste derrière les garçons, bien sur ils ont les jambes bien plus grandes que les nôtres.
 
Arrivés devant le bureau d'Ombrage, ce dernier n'est pas verrouillé et nous entrons, heureusement pour nous, il est vide et elle ne s'y trouve pas.
 
Harry attrape alors sur l'âtre de la cheminée un pot qui doit contenir de la poudre de cheminette, il en jette un poignée dans la cheminée, il compte passer le premier pour se rendre au Ministère, mais ... alors qu'il met un pied dans l'âtre, la porte du bureau s'ouvre à la volée et fait place à Crabbe et Goyle qui attrapent Ron et Harry par la peau du cou.
 
Alors que nous nous apprêtons à sortir nos baguettes magiques, il est déjà trop tard, Drago me maintient par les poignets et Hermione est rattrapée par Blaise Zabini et Ombrage entre alors dans son bureau, faisant claquer ses talons sur le parquet.
 
- Bien ! dit-elle en faisant claquer sa langue. Regardez ce que nous avons là ! Quatre Gryffondor en dehors de leur salle commune et qui s'apprêtaient à sortir de l'enceinte du château. Mr. Rusard !
 
Le concierge arrive alors dans l'embrasure de la porte, Miss Teigne dans ses bras.
 
- Oui professeur ?! demande-t-il.
- Allez me chercher le professeur Rogue, demande Ombrage. Dites lui d'apporter avec lui sa plus puissante potion de vérité !
 
Le concierge approuve d'un simple signe de tête, et il sort du bureau tout sourire pour aller chercher Rogue.
 
En l'attendant, Ombrage fait les cent pas devant nous, ce qui rend la situation dans laquelle nous sommes de plus en plus stressante et angoissante, et au bout de quelques minutes qui semblent interminables, Rusard revient avec le maître des potions.
 
- Vous m'avez fait demander Dolores ? demande Rogue poliment.
- Oui Severus, avez-vous du Veritaserum ? Il m'en faut pour faire parler Mr. Potter ! Je veux savoir où lui et sa petite bande comptait se rendre !
- Je suis navré très chère, reprend Rogue, mais vous avez épuisée toutes mes réserves de Véritasérum lorsque vous avez interrogés les élèves de l'école.
 
Tous les regards se tournent vers Ombrage, même ceux des Serpentard, elle est en colère. Elle s'empare alors de Harry, pointe sa baguette sur lui et le force à s'asseoir sur une chaise.
 
- Patmol est en danger ! s'exclame alors Harry.
 
Nous le regardons tous et je fronce les sourcils, il essaye d'alerter Rogue avec le surnom de Sirius.
 
- Qui est Patmol ? demande Ombrage.
- Il est retenu là ou la chose est cachée ! reprend Harry.
- Mais de quoi parle-t-il ? Rogue ? questionne de nouveau la Grande Inquisitrice.
- Je n'en ai aucune idée ! dit Rogue en claquant la porte et en disparaissant. 
 
Harry soupire, et nous prions tous pour que maintenant, Rogue prévienne l'Ordre du Phénix et qu'ils fassent quelque chose à notre place, car actuellement, nous sommes dans une très mauvaise posture, et je n'ai aucun plan pour nous en sortir, et je pense que mes amis aussi.
 
- Bien, dit Ombrage, si il n'y a plus de Véritasérum, nous allons utilisé la force !
- C'est illégal ! je m'exclame sachant pertinemment qu'elle veut incanter le sortilège de l'Imperium qui est impardonnable. Le Ministère désapprouvera votre geste !
- Ce que le Ministère et Cornelius ignorent ne peut pas être mauvais, reprend-t-elle en mettant face contre son bureau une photo du Ministre.
 
Elle pointe alors sa baguette sur Harry et je me recule un peu contre Drago, c'est idiot, je sais qu'il me maintient parce qu'il doit faire son devoir envers elle, mais là, j'ai besoin de le sentir contre moi, j'ai besoin de sa protection si jamais par la suite, elle compte m'attaquer, et nous verrons bien si oui ou non, il tiendra sa promesse.
 
- Vous voulez savoir qui est Patmol, vous voulez savoir où est cacher la chose ?! s'exclame Hermione à coté de moi. Alors libérez-moi et Harry aussi ! Et nous vous conduirons à la chose !
 
Ombrage se tourne vers elle et la scrute de la tête aux pieds.
 
- Bien, dit-elle. Malefoy, Crabbe, Goyle et Zabini, vous allez restés ici pour surveiller Miss Diggory et Mr. Weasley ! Miss Granger, Mr. Potter, passez devant je vous prie et dépêchez-vous !
 
Bien sur, ils sont tous les deux sans leur baguettes, ces dernières ayant étés prises par les Serpentard et données à Ombrage.
 
Hermione attrape Harry par le bras et elle s'accroche à lui comme si sa vie en dépendait, et c'est un peu le cas quand on sait que Ombrage peut les attaquer à tout moment. Je ne sais pas ce que Hermione compte faire, mais j'espère qu'elle a un plan en tête, sinon, on est fichus !
 
Une fois la porte du bureau refermée derrière eux, je me retrouve seule en compagnie de Ron et des Serpentard, et je n'ai pas tellement le choix, il faut que je me débatte pour que Drago me lâche et aider Ron qui est maintenu par Crabbe et Goyle.
 
Intérieurement, je m'excuse auprès de mon Serpentard, et je lève mon pied droit qui atterrit directement dans ses parties, comme je l'avais prévu, il me lâche et je peux attraper ma baguette magique que j'ai cachée dans ma botte. Je me tourne vers Drago et le baillonne et l'attache à l'aide d'un sort, je prends sa baguette, on ne sait jamais.
 
Crabbe lâche alors Ron et fond en trombe sur moi, je veut l'éviter en premier lieu, mais, il tend sa jambe et me fait un croche-pied, je m'étale sur le sol, ma cheville droite craquant sous mon poids, et je crie un grand coup, la douleur apparaît ... ma cheville est cassée c'est sur.
 
Non loin de moi, je vois Drago énervé par ma chute, mais il ne peut rien faire, Ron prend alors ma baguette et attaque Crabbe, alors que je suis toujours au sol.
 
Ginny, Luna et Neville arrivent alors dans le bureau de Ombrage, baguette en main et ils lancent des sorts dans tous les sens, qui font fuir Crabbe, Goyle et Zabini, laissant Drago seul et impuissant, toujours bâillonner et les mains et pieds liés.
 
Une fois les trois Serpentard disparut, Ron se précipite vers moi et me soulève d'une main pour me faire asseoir sur la chaise du bureau de la Grande Inquisitrice.
 
- Mais quel con celui-là ! s'écrit Ron en parlant de Crabbe.
 
Je jette un regard vers Drago, il est toujours au sol, bien sur, Ron et les autres savent qu'il est ici, mais ils ne font rien, le Serpentard ne cherche pas à se débattre, et il sait que si il le fait, il sera arrêter de suite par mes amis.
 
Ron s'accroupit pour etre à ma hauteur et il me rend ma baguette et récupère la sienne, posée sur le bureau d'Ombrage, devant nous, Neville, Ginny et Luna ont leurs baguettes pointées sur la porte du bureau, prêt à attaquer si jamais d'autres personnes viennent s'en prendre à nous.
 
La porte s'ouvre, faisant place à Harry et Hermione, tous les deux essoufflés et couvert par endroit de poussière.
 
- Mais qu'est-ce que ... ? demande Hermione.
- Oh c'est vous ! dit Ginny en abaissant sa baguette.
 
Harry s'avance alors vers moi et remarque que je suis en train de me masser la cheville.
 
- Qu'est-ce qu'il t'es arrivé ? me demande-t-il.
- Demande à Crabbe, je répond en lui lançant un demi-sourire car ma cheville me fait mal.
- Tu ne vas pas pouvoir venir avec nous, reprend Harry déçu. Et on ... on ne peut pas te laisser avec lui là !
 
Il est en train de pointer Drago du doigt, ce qui me déplaît quelque peu, mais je n'ai pas le choix, je dois laisser Harry le faire.
 
- Harry ! je m'exclame alors. Le temps presse ! Il faut que vous partiez d'ici, et ne t'en fais pas pour moi, j'ai ma baguette, et celle de Malefoy, dis-je en la lui faisant montrer. Il ne risque pas de bouger, et ce n'est pas Crabbe et les autres qui vont aller dire à un des professeurs ce qui s'est passé maintenant que Ombrage est ... où elle est d'ailleurs ?
- Dans la Foret Interdite, me répond Hermione. Aux prise avec les centaures, elle les a traitée d'êtres sans cervelle, quelque chose dans le genre, ça ne leur a pas plu du tout.
- Allez partez ! je reprends. Je ne vais pas aller bien loin, je vais vous attendre ici et poser un sort de protection sur le bureau pour que personne n'entre ou n'en sorte. Quand vous reviendrez, frapper trois coups à la porte et je saurais que c'est vous.
 
Mon meilleur ami soupire, il sait qu'il n'a pas le choix, il doit me laisser ici et aller sauver son parrain avec les autres, sauf que ... à cause d'un sort qui a ricocher, il n'y a plus de poudre de cheminette, et mes amis sont donc obligés de trouver un autre moyen de sortir du château. 
 
Ils sortent alors rapidement du bureau d'Ombrage, me laissant seule avec le Serpentard, et je m'empresse de jeter les sorts de protection, après tout ... même si elle est aux prises avec les centaures, la Grande Inquisitrice peut revenir à tout moment.
 
          Le Serpentard est désormais seul en ma compagnie, et je le soupçonne de ne pas s'être débattu pour rester avec moi, sachant que j'ai la cheville cassée.
 
J'agite alors ma baguette magique et le libère de ses liens et de son bâillon pour qu'il puisse me rejoindre, il contourne le bureau et s'agenouille devant moi.
 
- Hélia ta cheville ! me dit-il.
- Ne t'en fais pas, je vais m'en remettre, je répond, ce n'est qu'une cheville. J'irais à l'infirmerie tout à l'heure quand mes amis reviendrons.
- Je peux t'y emmener si tu veux ?
- Quelle bonne idée ! je rétorque en riant. Et qu'est-ce que tu vas dire à Harry et aux autres ? Que tu m'y a emmené parce que tu me voyais trop souffrir ? Non Drago, laisse, je vais mettre de la glace dessus en attendant.
 
Drago soupire et retire les affaires du bureau d'Ombrage pour s'asseoir dessus alors que je fais apparaître de la glace pour calmer la douleur. 
 
- Quand ils seront revenus, dis-je en me massant la cheville par dessus la poche de glace, je serais obligée de te remettre liens et bâillon. Je suis censée te surveiller.
- Je trouve que tu fais ça à merveille, me dit le Serpentard en déposant un baiser sur mes cheveux.
 
C'est alors qu'il descend du bureau, me soulève et s'assied sur la chaise, en m'installant sur ses genoux. Je pose alors ma tête contre son torse, et il plonge sa main dans mes cheveux.
 
- Drago ? je demande alors au bout de quelques minutes de silence.
- Oui ?
- Je sais que tu es ou courant de l'endroit où ils sont allés. Est-ce que les Mangemorts ... ton père, seront là ?
- Tu sais très bien que oui Hélia, me dit-il dans un souffle.
 
Je me blottit contre lui, et contre ma volonté, mon corps se met quelque peu à trembler, j'ai peur, peur de qui va etre touché par des sortilèges impardonnables, peur de qui va survivre, qui va périr.
 
Peur car ce soir ... tout peut arriver au Ministère de la Magie, et je sais qu'un de mes parents va aussi y aller, et j'espère qu'ils ne seront pas touchés, ainsi que mes amis et les membres de l'Ordre.
 
- Essaye de ne pas penser à tout ça, me dit-il. Tu es quelqu'un de bien Hélia, tu arriveras toujours à te défendre face à des gens comme mon père, tu sais tellement de choses. Tu connais des sorts que même Granger ne connait pas, la preuve, tu sais faire apparaître un double astral. Tu as une famille soudée et un frère qui t'aimait. Tu as tout ce que moi je n'ai pas : l'amour, les amis, la famille.
 
Je tourne mon regard vers lui, il me fuit, il a les yeux rivés sur un assiette dans laquelle le chat qui y est représenté joue avec une pelote de laine bleue.
 
- Toi aussi tu es quelqu'un de bien Drago.
- Je ne crois pas non ... désolé, me dit-il en posant enfin son regard sur moi.
- Ecoute-moi ! dis-je en posant mon index sur ses lèvres. Je suis sure que toi aussi tu connais des sorts que je ne connais pas. Il est vrai que tu es fils unique mais tes parents t'aiment, ça j'en suis certaine, il suffit de voir comment ta mère est protectrice envers toi. Toi aussi tu as des amis, certes, ils ne sont pas comme les miens, ils sont différent et je ne pense pas que "amitié" signifie la même chose pour eux que pour moi, mais tu en as. Et pour ce qui est de l'amour ... je crois qu'on partagent les mêmes sentiments l'un pour l'autre. Il y a un an tu étais encore mon pire ennemi, et regarde-nous aujourd'hui ! On est là, tous les deux, à se cacher des autres pour protéger les sentiments que nous éprouvons l'un pour l'autre, pour protéger la relation qu'on entretient toi et moi. Ne doute pas de toi, s'il te plait. Tu es quelqu'un de bien, sois en sur. 
- Quand c'est toi qui le dit, ça parait plus réel, me dit Drago en esquissant un léger sourire.
- Parce que ça l'est. 
 
Il me serre un peu plus fort contre lui et dépose ses lèvres sur les miennes, j'aime ces moments volés entre nous, ces moments où nous sommes seuls, tous les deux, sans personne autour, à laisser libre court à notre amour et nos sentiments. 
 
Je regarde la pendule dans le bureau d'Ombrage 1h du matin, que font mes amis ? Où sont-il ? Sont-ils blessés ? Je n'en ai aucune idée et je n'ai aucun moyen de le savoir.
 
Mon esprit divague et je commence à m'endormir dans les bras de mon Serpentard, bercer par les caresses qu'il dépose sur mes cheveux.
 
Trois coups se font alors entendre sur la porte en bois du bureau.
 
- Hélia, réveil-toi, me chuchote Drago. Ils sont revenus.
 
Il me soulève et me repose sur la chaise, pour retourner s'asseoir là ou il était avant que les autres ne quittent la pièce, je sors ma baguette et de nouveau, je lui lance un sort pour qu'il ai de nouveau des liens autour des poignets et un bâillon sur la bouche, je lui esquisse un léger sourire, et défait les sorts de protection de la pièce, pour ouvrir la porte, encore avec l'aide de ma baguette.
 
Devant moi se trouvent Ron et Hermione, mais pas de Harry en vue. Je cherche mon meilleur ami du regard, pensant qu'il est surement cacher derrière eux, mais Harry n'est pas là.
 
 
Saison 2 - La Confiance  Chapitre XII

 
 
Saison 2 - La Confiance  Chapitre XII

 
 
• photo n°1 : Drago (Jamie C. Bower)
• photo n°2 : Hélia (Lily Collins)
 
©Snow

Tags : The Secret of Gryffindor ♥ - Saison 2 ♥ - La Confiance ♥ - chapitre 12 ♥ - En plein doute

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.110.186) if someone makes a complaint.

Report abuse